Sofiane à la table des grands patrons (ARTICLE LIBERATION)

Sofiane à la table des grands patrons (ARTICLE LIBERATION)

Libération fait un dossier sur le rappeur Sofiane

Avant 2016, Sofiane était parti pour rester dans une salle d’attente, dont on ne sort quasiment jamais : cité ici et là par des pairs, érigé en talent brut par des initiés et des médias spécialisés, mais incapable de devenir une tête d’affiche en dépit d’essais multiples. L’archétype du rappeur maudit. Et puis le déclic est arrivé, avec l’exploitation d’un concept viral, «Je suis passé chez So». Le natif de Saint-Denis s’est mis à dégainer des clips artisanaux à 500 euros et du rap abrupt de piliers de hall, entre références aux années 90 et remise à niveau avec des artistes à peine adultes. Trois disques de platine en à peine plus d’un an : «Fiansoman» est désormais un visage qu’on affiche en grand dans le métro.

Au travers de cinq séquences, il raconte à Libération l’ego, l’écriture ou encore son père.

LIRE LA SUITE

Posted on: 23 avril 2018RAPADONF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *